Les coulisses de l’UNESCO – Lundi 14 mars 2022

RDV :  7 place de Fontenoy – 75007 PARIS, dans le hall, avant le portique de sécurité à  9H45  –  Moyens de transport : Métro – Ségur, Cambronne, Ecole Militaire – Bus : 28, 80                                          

Sous la conduite de la conférencière de Cultival, nous explorerons le siège de cette organisation internationale l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture), agence spécialisée de l’ONU, inauguré en 1959,  place de Fontenoy.

En septembre 1946, l’Unesco s’installe dans l’immeuble de l’hôtel Majestic dans le 16e arrondissement de Paris. Ancien quartier général des autorités militaires allemandes en France, le bâtiment est un des rares à être vacant et assez grand dans cette capitale culturelle de la vieille Europe, choisie pour accueillir l’institution. Ce choix purement pragmatique d’investir un haut lieu de l’occupation nazie, semble cependant vite problématique et perturbe une partie du personnel

La construction va se dérouler de 1950 à 1958. De sa conception à son inauguration, le bâtiment va incarner l’idéal de reconstruction et pacification de l’Europe, après une guerre qu’on veut être la dernière. Le site sélectionné est à lui seul un programme : le siège prend la place d’une ancienne caserne, face à l’École militaire. Le comité décide de faire collaborer les ennemis d’hier : l’ingénieur italien Pier Luigi Nervi, l’Américain d’origine hongroise Marcel Breuer, et un Français dont la famille a fui l’Alsace en 1870, Bernard Zehrfuss.

Le bâtiment du secrétariat général « étoile à trois branches » présente les caractères du modernisme des années 1950 : usage du béton brut armé, répétition des fenêtres, absence d’ornements extérieurs, fonctionnalisme intérieur. Nervi conçoit la structure de béton sur un trapèze de 69 mètres de long, avec une façade en hémicycle. Le bâtiment épouse ainsi la forme et les proportions de la place de Fontenoy.  À l’intérieur est ménagée une grande salle des séances plénières de mille places aux murs cannelés et un immense hall soutenu par des piliers massifs, adapté aux expositions et aux galas. Cette « maison de l’Unesco » est une petite ville, avec ses restaurants, sa bibliothèque, sa banque, sa librairie, son bureau de poste…

Avec ses bâtiments programmatiques et ses sept-cents œuvres d’art, le siège de l’Unesco met ainsi en acte son projet de faire collaborer les puissances européennes, hier ennemies, pour construire un nouveau monde de paix par l’art et la culture. Si le choix du modernisme incarne la volonté d’aller vers ce nouveau monde de paix, l’architecture inclut aussi des références au patrimoine de ses membres – d’abord européens  : portique et patio romains, puis jardin japonais, etc… Cet idéal dicte les aménagements intérieurs qui le mettent en scène concrètement. Le complexe et ses œuvres d’art révèlent ainsi l’histoire de l’institution, qui se donne pour mission de préserver le patrimoine du monde entier dont la liste du patrimoine mondial, créée en 1972, devient le fer de lance.

Tarif : 13 € – Responsables de la visite : Denise Meunier & Jocelyne Poulizac                                                                  

Conférence assurée par une guide-conférencière de Cultival.

Pour des raisons de sécurité, une liste des visiteurs doit être adressée trois jours avant la visite pour pénétrer dans l’établissement où devront figurer vos nom et prénom, votre date de naissance, votre commune de naissance avec son code postal, veuillez donc indiquer tous ces éléments sur le formulaire joint au dernier numéro du journal. N’oubliez pas de vous munir de votre carte d’identité.

 

Laisser un commentaire