Pique-nique annuel dans le parc de la Haute-Ile – mardi 14 juin 2022

Cette année, nous renouons avec le traditionnel pique-nique du mois de juin, avant de nous séparer pour la période des vacances. En effet nous en avions été privés en 2020 compte tenu du contexte sanitaire et l’année dernière la météo pluvieuse avait contrarié nos plans

Nous nous retrouvons donc à 10h30 à la station du RER A de Neuilly Plaisance. Une belle journée ensoleillée s’annonce et nous sommes 22 à partir à la découverte du Parc Départemental de la Haute-Île. Françoise et d’Annie nous guiderons tout au long de cette balade.

Nous longeons la Marne en formant une boucle et traversons successivement les communes de Neuilly Plaisance, Bry sur Marne pendant 500 mètres, Noisy le Grand et Neuilly sur Marne.

Nous dépassons l’usine de traitement d’eau potable de Neuilly sur Marne et observons les pompes à feu de la fin du 19e siècle, conservées dans le jardin en bordure de l’usine.

Nous pénétrons dans le parc départemental de la Haute Île de Neuilly sur Marne par le port de plaisance en longeant le canal de Chelles parallèle à la Marne entre Vaires sur Marne et Neuilly sur Marne. Le parc est entouré d’eau par le canal de Chelles, long de 9 km, qui est un passage obligé pour les bateaux par son écluse et de l’autre côté par la Marne sauvage et interdite à la navigation à cet endroit.

Nous découvrons sur notre gauche une entrée de l’Archéosite, lieu de découverte de vestiges de l’époque mésolithique, ce qui indique la présence d’êtres humains 10 000 ans plus tôt.

Des ateliers participatifs et des animations thématiques y sont régulièrement organisés dans le but de vulgariser les connaissances en archéologie.

Nous quittons la route goudronnée pour emprunter le Chemin de la Marne entièrement pavé.

La végétation se fait plus dense et nous nous arrêtons devant un des six observatoires à oiseaux.

Nous sommes invités à pénétrer dans une cabane en bois percée de meurtrières afin d’observer les oiseaux sans les déranger.

Il existe dans le parc de nombreuses d’espèces de volatiles, notamment des mouettes, des canards, des cygnes mais également des martins-pêcheurs, passereaux, hérons cendrés ou faucons crécelles selon les saisons.

Aujourd’hui, seules quelques foulques évoluent devant nos yeux.

Nous flânons encore quelques instants sur le chemin des clairières et sur notre gauche, derrière les arbres, nous devinons la Marne. Nous tendons l’oreille et le gazouillement des oiseaux nous enchantent.

12 heures passées : il est temps de trouver un endroit pour déballer notre pique-nique. Certaines personnes s’installent autour d’une table surmontée d’un petit toit, d’autres s’asseyent sur des transats ou à même le sol. Antoinette, prévoyante, a transporté un petit siège pliant.

A l’ombre, nous profitons de ce joyau de verdure qui s’étend sur 65 hectares, nous bavardons et nous nous reposons.

Anne, Marie-France et Geneviève saisissent cette occasion pour réfléchir à de futures randonnées.

Il est temps de repartir et Antoinette nous quitte pour rejoindre un bus qui la ramènera vers son domicile.

À la sortie du Parc, sur le chemin du retour, nous retrouvons la Marne jusqu’à l’écluse. Sur la passerelle quelques-unes prennent le temps de regarder le stationnement d’une péniche et le remplissage du sas sans assister à l’intégralité de la manœuvre car le marinier tarde à repartir.

Avant de nous quitter, nous nous attablons « Chez Fifi » la guinguette du Bar de la Marine de Neuilly sur Marne pour boire un rafraîchissement. Récompense bien méritée après cette marche à pied.

 

Texte : Joëlle Egret – Photos : Marie-Thérèse Labrousse, Huguette Latry

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire